Continuer mes achats
View cart & checkout
Continuer mes achats
View cart & checkout

Ventes Privées : -30% sur tout (hors iconiques)

Figaret et les tissus Albini : 40 ans de collaboration

De découvertes en merveilles

Figaret et les tissus Albini : 40 ans de collaboration

Pourquoi ne pas faire dans l’ordre ?


05h05, réveil, Paris, 9ème arrondissement, juin 2019. Puis un taxi, les rues, les quais, les routes, Orly, les check-points, un airbus, le ciel, l’Italie, Aeroporto Internazionale Milano Malpensa, la Lombardie. Voiture, vitesse, zones artisanales, zones industrielles, montagnes vertes… Et 65km plus tard, arrivée à Albino, sous nuages entre gris et blanc.


Via Dr. Silvio Albini… Un grand mur, des bâtisses construites autour d’une église du 15ème siècle.


Et là tout commence, comme une page blanche insoupçonnée.

Dès l’entrée, l’ancien temps refait surface. C’est un métier à tisser du 18ème qui trône dans le hall d’accueil. « Ahh, bellissima n’est-ce pas ?! »


C’est Dante C., 30 ans de maison, en charge de l’Europe, qui nous salue !


Poignées de mains, bises, café noir, court et profond, et voilà qu’un immense privilège nous est fait : passe-droit et sauf-conduit dans les corridors d’Albini jusqu’aux archives de la maison, où reposent les historiques complets de toutes les créations de tissus Albini depuis 1876 et Thomas Mason (la grande maison rachetée par Albini en 1992).

French Pattern Book 1874, Documents échantillonnages 1911, Oxford Shirtings 1924, Pyjama Stripe Poplins des années 1950, et tant d’autres…


On ne touche qu’avec les yeux, reliques obligent… Plusieurs milliers de vieux grimoires desquels émane l’odeur de siècles de créations, de développements, d’histoires et d’innovations.


Il y a un avant, et un après pour celui qui découvre le poids de ce qu’est l’« histoire industrielle régionale ». Car Albini emploie plus de 6000 personnes dans la région.

Puis vient le moment de se mettre au travail. Sur l’idée, la direction artistique.


On échange sur un pas de rayures, une nuance, un grain, un grammage, une association… au travers des gammes Thomas Mason de référence, pour élaborer notre gamme Figaret. Car cela fait près de quarante ans que les équipes d’Albini et Figaret travaillent main dans la main, pour toujours trouver le meilleur coton, concevoir les meilleurs tissus.

Ensuite Dante nous dit « allons voir le dur, la grande machine ! Andiamo, suivons le fil ! ».

Un corridor, un escalier, deux trois portes, et nous sommes nez à nez avec les machines, incroyables de formes, de dimensions et de matériaux… ainsi que les salles immenses où les tisseurs s’agitent dans un calme de forge nippone.


On commence par les cuves à teinture. Les bobines vierges, couleur écru au départ, rentrent dans des cathédrales métalliques, et en sortent habillées de toutes les teintes.


Puis le fil est testé : tiré, tordu, enroulé, froissé, sa teinte vérifiée. Pas de place pour l’erreur.

On passe ensuite au tissage. Même principe que depuis le 17ème siècle, des fils de chaîne, des fils de trame qui, entrelacés, font le tissu. Tissé, tendu, roulé, vérifié. Centimètre carré par centimètre carré, l’étoffe est contrôlée. Un petit défaut, une minuscule déchirure ? Rien n’échappe au regard du personnel extrêmement qualifié et spécialisé qui scrute chaque rouleau sorti des chaines de production.

« Les yeux de Francesca et de Chiara sont notre ressource la plus inestimable » confie Dante.


En parallèle, nous découvrons le laboratoire de tests. Albini vérifie chaque tissu, deux fois. Dans ce temple de technologie textile, sont étudiées les déformations du tissu à la tension, aux différents lavages, aux lessives, à la chaleur, aux u.v, et enfin au poids des années…

Voilà, nous avons marché quasiment deux kilomètres. A la fois fatigués et émerveillés. Et parfois, vient une surprise. Saint des Saints, la rencontre avec le Directeur Artistique d’Albini, Monsieur Fabio Albini, 5ème génération d’Albini.


L’homme, aujourd’hui heureux car l’Atalante de Bergame a battu la Lazio de Rome au football, nous accueille dans un grand bureau de bois ovale, où le mot « empilement », ou même « capharnaüm », prend tout son sens. Devant nous, le roi mondial du carreau, de la rayure, du milleraie… « Ah Figaret ! Alors parlons un peu des derniers projets ! » Energie. Tissu. Grand bonhomme. Début d’un dialogue passionnant.

Dix heures en Lombardie. Et on ne voit plus la chemise de la même façon.


La chemise est une merveille.